Celle qui acceptait son rôle

J’ai du mal à réaliser que c’est le troisième cours.

J’hésite entre le « déjà ??? » et le « seulement ??? »

Déjà ? Déjà 3 cours depuis que j’ai décidé de tenter l’expérience. Déjà 3 soirées incroyablement enrichissantes et passionnantes. 3 séances et déjà l’impression de connaitre ces gens, d’avoir plaisir à les retrouver, d’avoir envie de partager et de donner. Pas encore l’impatience. Mais presque, je sais déjà que j’y serai la semaine prochaine, et avec plaisir cette fois !

Seulement ? Seulement 3 cours et j’ai l’impression de trouver ma place. Seulement 3 soirées incroyablement riches et différentes. 3 séances seulement pour comprendre que j’avais juste besoin d’être moi, que quelque part, c’est mon rôle d’apporter de la fraicheur, de la candeur, de montrer que vouloir et essayer suffisent à apprécier pleinement le moment !

Pourtant, pendant les exercices au couteau de bois, j’ai eu honte de glousser comme une poule quand il me touchait, honte de sautiller comme un cabri quand je sentais que je pensais trop.
Je n’ai pas aimé devoir « agresser » l’autre avec un couteau, aussi faux soit-il. Mais j’ai aimé transformer cela en jeu pour en comprendre le sens.

En travaillant ma souplesse, dans les attitudes des animaux, j’ai aimé être une grenouille quand les autres étaient lapins, j’ai aimé être un ours quand les autres étaient panthères, j’ai aimé être chimpanzé quand les autres étaient araignées … J’ai essayé, j’ai voulu, j’ai fait. Whahoooo, je me suis éclatée !
J’ai profité pleinement. J’ai passé un excellent moment, tout en joie, en harmonie et en plaisir. Le pire, c’est que je crois que c’était communicatif.

J’en ai déridé certains, détendu d’autres. J’ai fait le clown. J’ai offert ma spontanéité et mon plaisir, j’ai communiqués mes sourires et mes rires. J’ai partagé mon bonheur, j’ai donné l’intention de mon lâcher prise et les autres l’ont ressenti. Oui, j’ai ma place dans ce groupe. La place du novice qui découvre et partage, qui essaye et demande, qui donne et reçoit, dans les limites de son possible. Et tout le monde l’a ressenti.

J’ai eu un petit aperçu du massage russe. J’ai détesté devoir subir (j’insiste) le désagréable massage d’Aude, j’ai détesté devoir admettre que lui faire du mal puisse lui faire du bien. Mais j’ai aimé que cela soit, aux dires de tous, « normal au début ».
J’ai adoré les exercices à l’aveugle. J’ai adoré me vautrer sur un inconnu comme si c’était mon frère, j’ai adoré que Jean Marie s’exprime en fin de séance. Même si je n’ai pas aimé qu’il me parle à moi et qu’il parle de moi.

J’espère encore des exercices d’échanges ludiques où chacun se dépasse et oublie qu’il a un homme ou une femme en face de lui. J’espère encore pouvoir laisser s’exprimer la petite fille qu’il y a en moi et la laisser rire.
J’espère garder le sentiment que j’ai eu aujourd’hui. J’espère ne jamais aller trop loin et ne pas les agacer. J’espère pouvoir encore partager des rires et des sourires aussi francs, aussi sincères et aussi purs que ce soir.

2 commentaire sur “Celle qui acceptait son rôle

  1. Vivement la prochaine histoire. Merci pour le partage de tes aventures systémiques si agréable a lire.
    Bisous

    Lionel

    • Merci ! Je prends gout à mes aventures systémiques tant la source est intarissable ! :D
      Globisou

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *