Celle qui accepte l’évidence

Dernier cours de l’année scolaire.
Je suis en mode « je vous aime », et je travaille avec tout le monde.
Des accolades, des bras autour de la taille, mon bras qui en enroule un autre, ma tête sur une épaule … Des gestes instinctifs d’affection, car pour la plupart, je ne les reverrai pas avant septembre.

Finalement, ils vont me manquer.
Pas forcement les cours, car je sais que l’enchaînement des 3 stages intensifs de cet été vont largement compenser mon cours hebdomadaire, mais Charles, Samuel, Sacha, Richard … Je prends un réel plaisir à travailler avec eux ce soir.
Avec Daniel et Alexeï, je suis encore plus tactile et complice qu’habituellement. Car je sais que je les revois dans 10 jours, et que j’ai hâte de partager tout ça avec eux !

Jean Marie est en pleine forme. Il savoure son dernier cours, nous fait faire un petit enchaînement de toutes sortes d’exercices vus au cours de l’année, et nous arrivons à juger nos progrès, ou nos frustrations. Il danse de l’un à l’autre, participe et joue avec tout le monde, en s’amusant comme un gamin, et en nous poussant un peu plus, tout en douceur, sans en avoir l’air, et sans que l’on s’en rende vraiment compte.

Nous rions tous sincèrement. Tout le monde s’amuse et partage ce dernier cours, fait de son mieux, s’abandonne, se donne, s’applique, chacun ose maintenant dire à l’autre quand il fait bien ou pas, quand il sent que l’exercice est bien exécuté, ou que la résistance est palpable. Et tout le monde s’accueille et se remercie.

Le « travail avec le partenaire » a vraiment pris tout son sens ce soir.

Le temps de parole résonne comme un au revoir. Car tout le monde sera vraisemblablement là à la rentrée.
Maintenant, en cet instant, nous savons. Nous ressentons les mots des autres comme les nôtres. Nous partageons chaque impression globale de l’année de chaque élément du cercle.
Nous sommes les anneaux d’une chaine solide. Chacun est indispensable à l’harmonie du groupe, dans l’instant présent.
Le Systema accompagne nos vies chaque jour. Parce que chacun sent et sait que le changement est en marche, que l’acceptation de soi même et la fluidité de nos mouvements et de nos émotions est un fait irrévocable.
Nous sommes des êtres en devenir, en redevenir, en acceptation montante.
Nous sommes de moins en moins victimes, et de plus en plus acteurs.

Pas question de s’arrêter en si bon chemin !

Qu’on soit là depuis quelques semaines, quelques mois, ou quelques années, nous sommes tous égaux ce soir. Aucun grade, aucune ceinture, aucune différence. Chacun se permet d’avancer et d’apprendre à son rythme, chacun accueille les changements qui s’opèrent dans son quotidien, et le bien que cela lui procure.

Merci à tous, bonnes vacances, et à très bientôt !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *