Celle qui entendait parler du Systema

Depuis plusieurs mois, Mathieu, un de mes meilleurs amis, me rabâche les oreilles avec le Systema. Devant mon dernier refus, catégorique, il n’insiste plus.

Dans ma petite tête de fainéante, le Systema ne représente qu’un sport de plus. Car depuis plus de 20 ans, j’ai développé une allergie épidermique à l’évocation du mot SPORT. Même l’idée me fait sourire.

Je ne juge en rien les adeptes, les admirant même, mais le plaisir qu’on peut soi-disant en retirer n’appartient tout simplement pas à mon champ de conscience. Ce mot ne fait pas partie de mon vocabulaire, et je m’en porte très bien.

Je suis en arrêt maladie depuis quelques semaines, suite à mon burn out, je déprime, je traine, je culpabilise, je ne suis vraiment pas bien. Je parle à Mathieu de mes insomnies et de mes courtes nuits qui n’aident ni à mon rétablissement, ni à l’éventualité de reprendre mon travail lorsque les antidépresseurs seront stabilisés. Il me conseille de contacter son ami coach, Jean-Marie.

En 2 séances individuelles, je retrouve après des mois, voire des années de lutte et d’abandon, le plaisir de dormir et de rêver. Deux toutes petites entrevues, où nous marchons et parlons en arpentant le jardin des Tuileries, Avec lui, je reprends confiance en moi, et j’apprends à éloigner l’angoisse et la peur du lendemain.

Il se contente de me poser des questions tout en me proposant des petits exercices ludiques et un peu déstabilisants, comme la marche à l’aveugle qui consiste à lui tenir l’épaule, à fermer les yeux et à me laisser guider. Pas évident lorsqu’on a qu’un seul maître mot « le contrôle » et un principal frein « Le regard et le jugement des autres ». Des exercices aussi de lâcher prise, de respiration et de souplesse du corps. C’est original, ludique et apaisant. Finalement, c’est beaucoup moins pénible que j’aurais pu l’imaginer.

Très rapidement, je retrouve un sommeil court, mais réparateur. Et de jour en jour, il devient plus profond, et plus maitrisé.

A la fin de la seconde rencontre, je ne réalise même pas qu’il a réussi à me faire faire des choses que j’aurais considérées comme dingues quelques jours auparavant. Je ne réalise pas non plus que le regard amusé des passants n’a plus aucune importance.

En appelant Jean Marie pour le remercier, il m’apprend l’incroyable vérité : nous avons pratiqué ensemble des exercices directement inspirés de ses cours de Systema. Et d’après lui, je suis faite pour ça !

C’est à reculons que j’accepte de l’accompagner, dès le mercredi suivant, à son cours. La première séance étant offerte, cela ne m’engage à rien. Par la même occasion, je prouverai à Mathieu qu’il est bien mignon, mais que le Sport et son systema ne sont définitivement pas pour moi …

J’avais tort! Au delà d’un art martial, je découvre un art de vivre, un outil idéal pour se reconnecter à soi-même et harmoniser son esprit et son corps.

Une nouvelle activité ludique et entrainante qui me permet aujourd’hui de continuer à gagner en confiance, à repousser mes limites et mes idées reçues, à stabiliser un état de conscience ouvert, et positif.

Sceptiques ?… Suivez-moi, que je vous raconte…

2 commentaire sur “Celle qui entendait parler du Systema

  1. Ca y est Globuline… j’ai commencé à dévorer tes pages…C’est plus sympa d’en avoir plusieurs d’un coup… tu sais que je suis gourmand ! C’est la première fois que je me lis dans une chronique romancée… j’adore la sensation que ca me donne… To be continued… A très vite Mat

    • Heureuse ! Tellement heureuse que ça te plaise !
      Merci encore pour tout. Et attends toi à être souvent cité, je ne m’en lasse pas ! :D

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *