Celle qui regardait légèrement en arrière

En route pour mon troisième stage intensif.
Le Vercors paraît déjà si loin, comme s’il s’agissait d’une autre vie. La Vendée paraît presque irréelle, comme si je l’avais rêvée.
J’ai vécu cette année comme une tornade. Des émotions qui déferlent et qui pleuvent, des peurs qui persistent et s’évanouissent, des changements qui s’opèrent et qui s’ancrent.
A peine quelques mois. Quelques petits mois d’une longue vie pour voir enfin le jour.

Le Systema a été comme une nouvelle thérapie, un bâton, un train à grande vitesse. Je me suis lancée à la découverte de celle que j’avais toujours voulu être, et grâce à cet outil particulièrement intense, j’y suis parvenue.
Le Systema m’a ouvert les portes d’un monde nouveau, sans que je me sente ni dépendante, ni redevable.
Le Systema m’a réconciliée avec le Sport, avec mes rêves, et avec les autres.

Le temps n’est pas encore tout à fait venu de faire le bilan. Mais c’est pourtant bien à cette époque, quasiment un an jour pour jour, que je me laissais tomber dans un puits sans fond, dans une dépression sévère, avec l’impression, quasiment l’évidence, que je ne m’en sortirais jamais.

Pendant quelques semaines encore, j’ai lutté contre cette idée, mais sans agir vraiment.
Jusqu’au matin du premier jour, celui où je me suis réveillée avec l’intime conviction que j’étais prête à me battre à nouveau.
A la première rencontre avec Jean Marie, je me suis aperçue que la vie s’apprêtait à me faire un cadeau.
Au premier cours de Systema, j’ai compris que mes émotions allaient enfin avoir le droit d’exister.
A la veille de mon troisième stage, je réalise que j’ai réussi.

Aujourd’hui, je crois, j’ose, j’espère.

Il n’aura été finalement question que d’une seule évidence : Le Lâcher prise.
J’ai lâché les doutes et les peurs, et j’ai pris la décision de m’abandonner totalement.
J’ai ouvert mon cœur, mon esprit, et je me suis gavée de tout ce que la vie a mis sur mon chemin.

Aujourd’hui, grâce au Systema, j’ai revu une bonne partie de mes idées reçues, de mes fausses croyances, de tout ce que je croyais impossible, insurmontable et insupportable.

Comment je décrirais le Systema avec le recul ? Quelle en serait ma définition aujourd’hui ?
Elles sont multiples …

Le Systema, c’est s’ouvrir à la vie, aux autres et surtout, à soi-même.
C’est arrêter de se mentir pour redevenir ce qu’on n’a pas osé être, par protection, par habitude.
Le Systema, c’est s’appartenir, s’autoriser, ne pas se juger et accepter de ne pas l’être.
C’est décider de s’ouvrir et de se laisser découvrir.
Le Systema ,c’est sentir que l’autre peut vous vouloir du bien, même lorsqu’il vous fait mal.
C’est réapprendre le silence, comprendre un geste, un regard, et se connecter à notre ressenti.

Même si j’ai pris certaines décisions toute seule cette année, et que le Systema et son environnement ne m’y ont en rien forcée, c’est bien dans la chaleur de cette ambiance que j’ai osé.

J’ai quitté mon boulot, j’ai repris de vieilles activités, j’ai relancé un plan de formation qui conviendra mieux à mon avenir, et surtout, SURTOUT, j’ai retrouvé mon rêve, l’écriture.

Et c’est bien le Systema qui nourri mon rêve aujourd’hui.

Coïncidence ? Peut-être.
Illusion ? Soit.
Propagande ? Bah voyons.
Réalité ? Oui, c’est bien cela. C’est un fait et une réalité.

Alors si je peux donner la moindre envie, à une toute petite poignée de personnes, de tenter l’expérience du Systema pour retrouver leur enfant intérieur et le laisser redécouvrir ses rêves, alors oui, je crierai encore et encore, haut et fort, que le Systema a changé ma vie.

3 commentaire sur “Celle qui regardait légèrement en arrière

  1. Enfin des news on etait en manque

    quel belle femme tu es devenue. Oui le systema a changer ta vie et tu vaux bien (non ceci n’est pas un message publicitaire caché l’oréal)

    • Je suis devenue, redevenue, et en devenir … Elle est pas belle la vie !!!
      Merci d’être un petit caillou de cette nouvelle route. Mes poches sont un peu lourdes, mais je me sens plus stable et plus ancrée grace à vous.
      Calin ;)

  2. Chère GlobulSteph’,

    Oui, tu as raison de regarder légèrement en arrière, ça donne encore plus d’élan à celle que l’on veut et ose être dans l’avenir.
    L’épisode 29, pourrait être le mien et c’est bien cela la force de tes chroniques: mettre en mots nos maux d’avant le Systema et crier haut et fort que la vie peut être plus légère (bien plus légère) que ce que l’on croyait.
    Merci de partager cela. Et je fais le souhait que ton écriture puisse rayonner au delà du cercle systema.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *