Celle qui revenait sur les valeurs du club

Au delà de ce que le Systema m’a apporté, de ce qu’il m’a fait découvrir sur moi-même, je me rends compte que dès le début, ce que nous avions en commun lui et moi, c’étaient certaines valeurs fondamentales qui me caractérisent autant que tous les acteurs de mon aventure.
Qu’ils soient organisateurs, instructeurs, participants aux stages ou aux cours, chacun possède ces 3 valeurs, acquises, assumées, ou non.
Regardez bien sous le logo de Global Systema. Oui, là, en petit, grisé, les 3 mots qui sont les fondamentaux de Global Systema. Je les ai toujours considérés comme faisant partie de l’enseignement de ce club, mais je ne m’étais jamais penchée sur ce qu’ils signifiaient réellement, et comment ils raisonnaient émotionnellement en moi.
En surfant sur le Wiktionnaire, j’ai cherché les définitions « académiques » de ces mots.

LIBERTE : Pouvoir inaliénable de l’individu. Droit qu’il a de disposer de sa personne.
Pour moi, l’homme est libre à partir du moment où il n’est plus esclave. Il n’est plus dans l’obligation injuste ou injustifiée de faire des choses ne correspondant pas à ses valeurs, à son droit de disposer de lui-même.
Ainsi, au-delà de ces hommes, esclaves d’un maitre, qu’ils devaient servir et à qui ils devaient abandonner leur vie et tous leurs droits, nous pouvons encore aujourd’hui être esclave d’un système, tout autant que de nos peurs ou de nous-mêmes.
La liberté, dans le cadre du Systema, et dans tout cadre de vie d’un individu qui se respecte lui-même, c’est surtout se libérer de ses peurs, ses angoisses, ses fausses croyances qui l’empêchent d’avancer. Notre liberté est dans le mouvement de notre corps, le respect de notre esprit, et l’expression de nos sentiments, de nos émotions, qui nous permettent chaque jour de nous sentir libres d’être nous-mêmes.
Le Systema m’a appris à réaliser que j’étais libre d’être qui je suis et d’en être fière.

HUMILITE : Vertu qui nous donne le sentiment de notre faiblesse, qui réprime en nous les mouvements de l’orgueil.
L’homme humble est bien celui qui n’a pas l’orgueil de se sentir supérieur aux autres, mais il est néanmoins celui qui possède assez de fierté pour se respecter autant qu’il respecte les autres.
L’humilité dans le Systema, c’est apprendre que même lorsque l’on pense avoir compris un exercice, ou maitriser une attaque, on ne réussit pas forcement à le reproduire.
Comme dans la vie, nous devons admettre que chaque situation, même si elle ressemble beaucoup à une autre, est à chaque fois un moment unique, et que nous devons l’appréhender avec humilité, calme, et intelligence.
En restant maitres de nous mêmes, sans laisser de place à des émotions négatives parasites, en nous reconnaissant dans notre action, nous pouvons gérer une situation bien plus aisément.
L’humilité du Systema est cette indulgence envers soi-même, qui ne tient rien pour acquis et permet d’être simplement fier de chaque petite victoire.

BIENVEILLANCE : Disposition affective d’une volonté qui vise le bien et le bonheur d’autrui.
Bienveillance envers l’autre, lorsqu’on ne le juge pas, qu’on l’accepte tel qu’il est. Lorsque l’on veut son bien et son bien-être. Lorsque l’on pense l’aider à y parvenir, ou qu’on l’accompagne simplement.
On peut aussi être bienveillant envers soi-même. Cesser de se juger, de se dévaloriser, de se croire inférieur aux autres et les envier.
Etre bienveillant avec soi-même, c’est s’accepter tel que l’on est.
Le Systema a cette force. Il amène l’individu à mieux se comprendre,  mieux s’accepter,  gérer ses émotions et  découvrir une nouvelle confiance en soi et en l’autre. Il amène les participants à partager,  échanger,  se confronter non pas l’un à l’autre, mais à la difficulté que chacun rencontre à un moment ou à un autre de l’entrainement.

Ainsi, au-delà des 3 principes cités, le Systema, pour moi, amène le participant à recouvrer une liberté de mouvement et d’auto appréciation, dans l’humilité de ne pas se prendre pour un combattant, grâce à la bienveillance qu’il apprendra à puiser chez ses partenaires.

J’ai appris cette année à reconnaître mes qualités, à les aimer, à me libérer de cette personne que j’étais devenue. J’ai acquis l’humilité de ne pas me sentir supérieure pour autant et à n’en retirer aucun orgueil. Je souhaite à présent me faire du bien, me respecter, et aider les autres à y parvenir à leur tour, en toute bienveillance.

3 commentaire sur “Celle qui revenait sur les valeurs du club

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *