Celle qui focalisait et trépignait d’impatience.

Cours du Lundi. L’avantage avec le lâcher prise, c’est que rien n’est figé ni facile à programmer puisque l’on s’ouvre au champ des possibles et de l’imprévu.

Mercredi dernier n’était donc pas mon dernier cours, car poussée par Rudy, parisien pour quelques jours, j’accepte de l’accompagner à la séance de ce soir, animée par Jean Marie.
Il faut dire que je me suis faite avoir sur un beau défi … Je n’ai pas fumé de la journée. Je sais que si je me retrouve seule, je vais être tentée d’en profiter pour m’en griller une petite. Allez, rien qu’une, je l’écraserai avant la fin, promis ! Allez, une ou 2, juste quelques unes, promis.
Plusieurs fois dans la journée, je me rends compte que je n’y pense pas. Nous marchons, nous papotons, nous partageons des petits moments agréables et simples. C’est un vrai petit bonheur.
Mais lorsque nous nous posons à la terrasse de ce café pour regarder les horaires du cours, l’envie me prend.
Je la repousse et me concentre sur autre chose.
Puis nous échangeons quelques textos avec Jean Marie, pour le prévenir que Rudy aimerait profiter de son séjour pour faire les 4 cours restants avant les vacances. Je suis très étonnée quand ils négocient un prix forfaitaire. Malgré l’évident prix d’ami proposé, je ne m’attendais pas à ce que cela soit payant, et que Rudy trouve cela tout à fait normal.
Je me rends compte que je ne sais plus faire la différence entre les cours de Systema, qui sont sensés être un réel investissement et qui méritent donc d’en payer le prix, et l’envie de partager un bon moment avec des gens que j’apprécie, sans contrainte et sans conscience qu’il s’agit bien d’un cours, payant, et pas d’une soirée entre potes ! Pourtant j’ai moi aussi réglé mon abonnement ! Mais c’était avant que cet investissement « sportif » devienne un rendez vous hebdomadaire incontournable!
Rudy parvient à m’expliquer que je mélange l’apprentissage et le plaisir. Que finalement, l’un n’empêche pas l’autre, mais qu’il faut savoir faire la part des choses.
Je ne sais pas ce que cela vient toucher ni pourquoi est-ce que j’ai eu besoin d’une explication pour l’assimiler.

J’ai terriblement envie de fumer …
Ok, Systema ce soir, ce sera un bon moyen de ne pas le faire, et de ne pas y penser.

Grande balade dans le Jardin des plantes. Arrêt thé à la menthe à la Grande Mosquée de Paris.
Les gens alentours fument la chicha. J’aime cette odeur.
Même si j’ai bien évidement envie de coupler mon thé avec une cigarette, surtout après cette sublimissime pâtisserie orientale que j’ai prise. Mais non, je résiste. Et sans mal finalement.

Heure du cours.

Je n’ai pas envie d’y être. Je voudrais être déjà dans 15 jours. A cette allure là, nous serons arrivés dans le Vercors, et nous aurons terminé la première session du premier jour.

Je suis focalisée là-dessus. Je ne suis pas là. Je ne suis pas présente et me rends compte que je mets une véritable mauvaise volonté à travailler.

Pourtant, Richard est souriant, et j’aime ça. Sacha m’offre un peu de complicité et des regards profondément amicaux, et j’adore ça. Et Clément est simplement Clément, le grand frère qui me donne ce qu’il est, sans concession, et je l’aime pour ça.

Le cours passe à la vitesse d’un claquement de doigts. J’avoue avoir fait ce cours en dilettante, et je m’en excuse. Ils sourient tous, je n’avais pas besoin de le préciser, ils me connaissent par cœur maintenant !

Même sans envie de participer, en étant totalement déconnectée d’eux, j’accueille malicieusement la chaleur de leurs sourires complices, et sens bien qu’ils ne jugent en rien mon comportement, bien au contraire, ils s’en amusent et m’enveloppent de leur chaleur et de leur compréhension.

C’est tellement bon cette appartenance. Cette légitimité d’être une partie d’un tout, ou l’on peut être soi, ou l’on peut se présenter comme on est, dans l’état ou l’on est. Pas de faux-semblant, pas de jugement. Accueil et acceptation, profondément sincères et bienveillants.

C’est encore une réalité du Systema, qui le rend vrai, salvateur, et unique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *