En savoir plus

À propos

champ batailleOrigine du Systema
Le Systema est un art martial russe profondément enraciné dans les traditions chrétiennes orthodoxes dont les premières traces remontent au Xème siècle.
Tout au long de son histoire, la Russie a dû faire face à une multitude d’envahisseurs. Chaque agresseur utilisait des types d’armes et des stratégies différentes. Les batailles se déroulaient sur des terrains très variés et les combattants russes, souvent en infériorité numérique, devaient s’adapter à des conditions climatiques rudes, de la rigueur de l’hiver à la chaleur étouffante de l’été. Ils adoptèrent donc un style de combat alliant la force mentale à des tactiques innovantes, performantes et polyvalentes.
chevalier lanceA la fois pratiques et mortelles, celles-ci permettaient d’affronter n’importe quel ennemi dans n’importe quelle situation. Basées sur les réactions instinctives, les forces et les caractéristiques de chacun, elles permettaient un apprentissage rapide. Le style était libre et naturel, sans règle stricte, sans structure rigide, sans limites autres que morales. L’entraînement était aussi conçu pour éviter les blessures, les soigner et comprenait un éventail d’exercices physiques permettant d’améliorer la santé et d’augmenter la force et la vitalité.

Le Systema sous le régime communiste
Lors de l’avènement du communisme en 1917, toutes les traditions nationales furent supprimées. La pratique de ce style de combat fut interdit et sévèrement réprimé. Classé secret défense, il fut adapté aux nouveaux besoins du pouvoir en place et fut réservé à la police secrète, aux Forces Spéciales et aux gardes du corps de Staline, appelés « les Faucons de Staline. »
Durant les 74 années d’existence de l’Union Soviétique, ces Unités d’Elite mirent au point un système qui combinait les aspects les plus efficaces du système russe traditionnel sur les trois niveaux des compétences humaines : le physique, le psychologique et le psychique. Ils développèrent donc d’innombrables frappes, clés, coups de pied et désarmements, en insistant sur la sensibilité kinesthésique et la conscience psychophysiologique au moyen d’exercices biomécaniques. L’approche était basée sur lefonctionnement du corps humain, sa biomécanique et ses réflexes naturels. Il s’agissait d’utiliser un minimum d’énergie pour générer un maximum d’efficacité. Le plus important était surtout de développer des tactiques ne ressemblant en rien à des actions martiales. Lorsqu’elles étaient utilisées, il devait être pratiquement impossible de voir et de comprendre ce qui s’était passé.chevalier neige

Le Systema après la guerre froide
Avec la dissolution de l’URSS en 1991, le Systema redevint accessible à tous. Mikhail Ryabko, colonel chez les Spetsnaz et son élève Vladimir Vasiliev, ancien capitaine de l’armée, revendiquèrent la paternité d’un nouveau style de Systema, moderne et fascinant, enrichi de leurs expériences personnelles et bénéficiant de toute la recherche scientifique qui avait eu lieu autour du combat au corps à corps pendant la guerre froide.
Entraîné par l’un des Faucons de Staline depuis l’âge de 5 ans et engagé dans les force spéciales russes à l’âge de 15 ans, Ryabko n’a pas seulement reçu les secrets du Systema. L’application de ses principes au combat fut son quotidien durant de nombreuses années. Le Systema qu’il enseigne n’est donc pas l’ombre de traditions ancestrales, c’est un art vivant et efficace utilisé encore aujourd’hui par plusieurs troupes d’élite.

Aspects philosophiques du Systema
Le Systema est beaucoup plus qu’un style de combat. L’étude et la pratique de cette discipline développe un système complet de respiration physique et spirituelle qui permet la relaxation et le courage face à toutes les formes d’adversité.
Mikhail Ryabko a l’habitude de dire aux débutants « Sois une bonne personne et le reste viendra à toi ». Le Systema, qui puise ses racines dans la foi chrétienne, est basé sur la croyance que tout ce qui nous arrive, bon ou mauvais, nous permet de savoir qui l’on est et comment se comporter. Cela implique une philosophie de vie basée sur la paix et le respect.
Le but de cette discipline n’est donc pas simplement de se préparer à affronter la violence, c’est aussi de renforcer son mental, d’avoir une meilleure santé, un corps plus souple, d’être plus détendu, de vivre une vie harmonieuse et dans la paix.
Un autre nom du Systema est « poznai sebia » ce qui signifie « Connais toi, toi-même ». Se connaître soi-même, c’est connaître ses forces et ses faiblesses, c’est découvrir les barrières liées à ses propres peurs, c’est mesurer la pleine étendue de ses limites, c’est réaliser à quel point l’on est à la fois fragile et plein d’orgueil. En développant son potentiel physique, psychologique et spirituel, le Systema aide le pratiquant à devenir un être libre et humble, l’humilité étant la qualité ultime développée par la pratique du Systema. L’entraînement permet à chacun de voir son ego, de découvrir ses fragilités et lui apprend comment les vaincre. Une personne humble qui dévoue sa vie à combattre le mal enraciné dans son cœur et qui demande constamment à Dieu de l’aider, recevra en retour de sa persévérance et de son humilité, le don merveilleux de la paix intérieure, de la joie et la gratitude pour tout ce qui lui arrive.
Si l’humilité envahit tout son être, il n’y a plus de place pour l’orgueil, l’agression, la vanité, la cupidité et l’envie. Son esprit est toujours en Dieu. Il peut choisir de combattre pour une noble cause, sans peur, avec calme et courage, en créant toujours le moindre dommage possible à ses adversaires.