Rudy Desrier

Rudy Desrier

Instructeur Global Systema

Cours 2014

J’ai trouvé dès l’enfance un véritable espace de liberté dans la pratique du sport, en particulier dans la course à pied, où je me poussais sans cesse plus loin. Acceptant difficilement la plupart des autres cadres et limites qui m’étaient donnés au quotidien, à commencer par l’école, j’ai développé, au fil des années, une véritable addiction à l’entraînement physique en général (Endurance, Karaté, VTT, Boxe Française, Escalade, divers Arts Martiaux…). Les sports de combat en particulier étaient à la fois pour moi une ligne de conduite et un exutoire.
J’ai épuisé mon corps et mon coeur en courant et en forçant toujours plus, sans vraiment comprendre ni écouter à l’intérieur de moi ce qui se passait. Je pensais que si je n’étais pas plein de courbatures au lendemain d’une séance de sport, c’est que je n’avais pas été assez loin.
Avoir un corps solide était la clé de mon bonheur. Et lorsque mon corps a faibli, que des maux de dos et d’articulations ont commencé, j’ai eu du mal à me calmer et à progressivement tout arrêter.
Trop focalisé sur l’extérieur, l’apparence, le regard des autres, l’essentiel m’échappait. J’avais peur. Peur de ne plus pouvoir courir, de ne plus pouvoir m’entrainer. Et plus j’avais peur, plus grandes étaient mes douleurs.
Je suis venu au Systema grâce à l’un de mes plus grands amis, en cherchant une discipline martial pour me réparer et m’ouvrir.
Pour expliquer rapidement le systema, je dis souvent que c’est comme apprendre à tomber de vélo en roulant à pleine vitesse. Lorsque l’on tombe, si l’on voit venir sa chute et que l’on ne maitrise pas ses peurs, on stress, le corps se raidi et l’on se blesse. Lorsque l’on ne voit rien venir, on ne comprend pas ce qui s’est passé, le corps n’a pas eu le temps de se contracter, on ne saura pas par quel miracle on est arrivé si loin de notre vélo sans une égratignure… on en rira…
Le systema c’est apprendre à tombé de vélo à toute allure en conscience. C’est lâcher la tête et descendre dans le corps, le laisser faire et se remplir. C’est laisser les conflits et les pensées qui nous tiraillent en dedans au quotidien pour être dans le présent. C’est éclore, grandir et bien vieillir.
Retourner dans son quotidien après avoir intégré une séance de systema, et se laisser surprendre par ce qui a bougé, ce qui a changé, est sans doute la phase la plus belle de toute cette expérience. C’est si bon lorsque l’on réapprend à suivre son corps, que l’on est à nouveau à l’écoute et curieux de tout, que l’on se pose, que l’on respire.
Dans cette école, chacun devient responsable de lui même, de son bonheur, de ses choix, et de tout ce qui compose sa vie. Le partage peut enfin commencer.